StopCovid : Telecom Valley ouvre un débat national

Créée à l'image de ce qui s'est fait en Corée du Sud pour contrer la pandémie, l'application StopCovid a été lancée hier en France. Son développement, piloté par Inria, est passé par le centre de recherche de Sophia Antipolis. A cette occasion, l'association azuréenne du numérique organise le 11 juin à 17 heures, une webconférence de portée nationale avec ses experts et Cédric O, secrétaire d'Etat au numérique.

StopCovid Telecom Valley

C'est parti pour l'application StopCovid : elle est téléchargeable depuis hier sur Apple store ou Google Play. Une application dont le développement est passé également par Inria Sophia avec notamment Natalia Bielova, une chercheuse au sein de l'équipe Privatics. C'est cette implication du grand centre de recherche numérique sophipolitain qui a incité l'association Telecom Valley à monter, avec Medinsoft, côté Marseille, un événement national autour de StopCovid.

Une application mobile de suivi de contacts

Il s'agit d'une webconférence sur le thème "La raison d'être StopCovid". Elle aura lieu le 11 juin de 17 heures à 18h30 et vise à débattre et échanger en direct. StopCovid est une application mobile de suivi des contacts qui s’inscrit dans le plan global de déconfinement du Gouvernement dans la lutte contre l’épidémie du Covid-19. Elle vient en complément des enquêtes sanitaires primordiales pour casser les chaines de transmission.

L’objectif de cet outil numérique est d’informer l’utilisateur de l’application qu’il a été à proximité (moins d’1 mètre pendant plus de 15 minutes) de personnes testées positives au Covid-19 et utilisant la même application. Des personnes qui n'ont appris que plus tard qu'elles étaient porteuses du virus et qui peuvent ainsi d'une façon totalement anonyme, renseigner toutes ceux qu'elles auraient pu infecter.

L'Inria désigné comme pilote du développement de l'appli

Sous la supervision du ministère de la Santé et des Solidarités et du secrétariat d’État au numérique, en lien avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Inria pilote depuis le 7 avril 2020 le développement de l'application auquel contribue à titre gracieux un ensemble d'acteurs publics et privés (ANSSI, Capgemini, Dassault Systèmes, INSERM, Lunabee, Orange, Santé Publique France et Withings, et un écosystème de contributeurs).

Le 20 avril, le conseil scientifique a recommandé son utilisation. Le 26 mai, la CNIL a rendu un avis favorable à la mise en œuvre de l’application StopCovid. Le 27 mai, l’outil a été soumis au débat et à un vote favorable de l’Assemblée nationale et au Sénat. Une première version de StopCovid a donc été lancée hier, mardi 2 juin et proposée au téléchargement sur les magasins d’applications Apple et Google.

Débat sur la protection des données et les libertés individuelles

Cet outil suscite cependant le débat, notamment sur la protection des données et les libertés individuelles. La webconférence vise aussi à éclairer les participants sur les enjeux et à répondre à leurs nombreuses interrogations. Ces réponses pourront être apportées par un panel d’experts techniques (INRIA), sociétaux (Conseil National du Numérique), juridiques et philosophiques (Université Côte d’Azur), un retour d’expérience à l’international d’un membre du consortium STOPCOVID (Coalition Network) et avec la participation exceptionnelle de Cédric O. Le secrétaire d’Etat chargé du  Numérique a porté politiquement le projet du début à la fin et aura dû batailler ferme pour le voir aboutir.

Car StopCovid, depuis le coup d'envoi de sa création à partir de mars jusqu'à aujourd'hui, n'a pas eu le chemin facile. Un vrai "chemin de croix" selon le quotidien "Les Echos" qui a rappelé toutes les étapes et les difficultés qu'a connues cette application numérique de traçage contre le Covid-19. L'irruption de Google et Apple qui ont rallié le partenaire allemand, le débat entre systèmes centralisés et décentralisés qui a abouti au départ de la Suisse (la France comme les Britanniques optaient pour le centralisé), les problèmes technologiques, luttes internes, divergences entre pays, et pour finir les interrogations politiques et sociales autour de ce type d'appli, bref, ce fut un cauchemar et un casse-tête pour les initiateurs.

La France a terminé seule le challenge, mais elle a quand même réussi à sortir l'appli StopCovid. Reste aussi à savoir maintenant si elle sera massivement utilisée (c'est nécessaire pour son bon fonctionnement) alors que la pandémie régresse nettement. Pour certains, l'appli risque bien de ne se révéler véritablement utile que s'il y a une prochaine fois...

Le programme de la webconférence

17h00 : Discours de Bienvenue par Franck Lavagna, Co Président de Telecom Valley

17h10 : Début du débat avec les experts, débat animé par Frédéric Bossard, Co Président de Telecom Valley et Jean-Francois Carrasco, Secrétaire Général

  • Pour la vision technologique : Vincent Roca (Inria)
  • Pour la vision juridique : Marina Teller (Directrice FabLex Université Côte d’Azur)
  • Pour la vision sociétale : Jean-Michel Mis (Député, CNNum)
  • Pour la vision philosophique : Laurence Vanin (Directrice Chaire Smart City, Université Côte d’Azur)
  • Pour la vision internationale : Micha Benoliel (Founder Coalition Network, San Francisco)

18h00 : Accueil du Secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O, par Jean Leonetti, président de la CASA.

Questions/Réponses en direct avec Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique.

Contacts